Collectez les idées par centaines, grâce à une plateforme d’idéation  !

Engager les salariés est une tâche cruciale et dont le mouvement doit être perpétuel. C’est pourquoi la collecte des idées doit être vivante et constante. Au cœur de ces enjeux : l’expérience utilisateur qui repose sur les interactions et les émotions vécues par les participants.

Le rôle de la plateforme digitale d’innovation

Elle joue un rôle central, car c’est elle qui est au centre du fonctionnement collaboratif. La plateforme d’innovation recueille les idées, les organise, incite les collaborateurs à l’utilisation via des processus gamifiés, et contient de nombreuses fonctionnalités afin de favoriser l’idéation et transformer les idées en projets concrets. Une bonne plateforme est également utile pour gérer le rythme des publications et des contributions. En effet, toutes les interactions sont asynchrones : on publie une idée le lundi matin, on regarde les commentaires le mercredi, on répond à une question le jour suivant, etc. Parce qu’elle est capable de respecter et de s’adapter aux rythmes de chacun, elle facilite les flux de communication entre toutes les parties.

D’autre part, la plateforme collaborative insiste davantage sur la co-construction plutôt que sur la collecte. Il peut être tentant de définir la collecte comme un KPI important, mais toutes les idées ne sont pas mûres et actionnables immédiatement. Se concentrer exclusivement sur la collecte, c’est s’adresser uniquement à la minorité qui a assez d’assurance pour s’exprimer, en prenant le risque d’exclure ceux qui n’osent pas se lancer. Pour réussir, il faut investir au moins autant de temps et d’énergie sur la culture des idées que sur la collecte.

Enfin, une plateforme soignée, c’est aussi une expérience réussie. Pour y parvenir, l’expérience utilisateur et l’interface utilisateur doivent travailler de concert afin de faciliter la mise en relation des personnes et des idées. La plateforme est intuitive et facile d’accès. Elle ne décourage pas, car elle est capable de s’effacer au profit des idées. Quand on est sur Facebook, finalement, on ne réalise pas qu’on est sur un outil spécifique avec des caractéristiques précises. On s’intéresse au fil d’actualité, aux notifications, aux interactions et à ce qui fait que les utilisateurs peuvent se rapprocher les uns des autres. Sur une plateforme d’innovation collaborative, c’est la même chose : la technologie est au service de l’humain et pas une fin en soi.

Comment faire mûrir efficacement l’idéation ?

L’idéation se caractérise par le processus créatif de production et de communication de nouvelles idées. C’est un travail constitutif d’une démarche d’innovation et c’est la base du projet. Avoir des idées, les partager et les commenter représente environ 20% du travail total. Mais comment les faire évoluer suffisamment pour les confronter à la réalité ? C’est là où la co-construction joue son rôle à fond. Pour qu’une démarche d’innovation collaborative puisse fonctionner, elle doit être en mesure de matcher les idées avec les compétences clés des participants susceptibles de s’y intéresser. Sur le même principe que Tinder, on swipe un coup à droite et un coup à gauche. Il faut parvenir à relier une idée avec une personne qui a l’expertise, la qualification et la connaissance pour l’enrichir.

Pour y parvenir, l’intelligence artificielle et les métadonnées jouent un rôle essentiel. Selon ce que le système connaît des qualités de chaque participant, il est être en mesure de lui suggérer et lui proposer des idées susceptibles de l’intéresser. Ce travail de personnalisation est indispensable, car il n’est pas rare de voir se créer plusieurs centaines de nouvelles idées par jour. Il est alors impossible d’être exhaustif et de passer du temps à toutes les regarder. En se concentrant uniquement sur les idées en lien avec le domaine professionnel d’un collaborateur ou selon ses envies, ses attentes et ses précédentes contributions, le match devient intuitif et naturel. Lorsqu’un salarié se connecte à la plateforme, il sera assuré de ne voir que des idées pertinentes pour lui.

Le processus de mûrissement ne peut se faire que dans le temps et dans la concertation. Une bonne idée en apparence peut facilement se retrouver cataloguée en mauvaise idée parce que l’auteur n’avait pas intégré une variable clé dans sa réflexion. À l’inverse, ce qui peut sembler simple et banal peut avoir un potentiel de disruption important à partir du moment où l’idée est enrichie. Ce processus est indispensable pour faire grandir les idées. Cette validation par les pairs permet de mesurer l’engouement autour d’une action et de souligner la valeur du travail pluridisciplinaire et collaboratif.

Comment collecter les bonnes idées ?
Ce qu’il faut en retenir :

La plateforme d’idéation est le cœur du réacteur de votre système. Bien la choisir est fondamental, car c’est elle qui fera vivre les idées et les projets. Pour cela, misez sur la simplicité, l’expérience utilisateur, la portabilité sur tous les terminaux et la facilité d’utilisation. Une fois les idées collectées, la communauté doit les faire grandir. Pour cela, il faut trouver un moyen pour que chaque idée puisse être rattachée aux personnes les plus adaptées, les plus compétentes ou les plus à même d’y trouver un intérêt. C’est un travail qui repose sur une bonne dose d’intelligence artificielle et une gestion fine des métadonnées, comme on peut le voir sur la plupart des réseaux sociaux ou des sites marchands qui tentent de personnaliser la relation avec leurs clients.