Que faire avant de déployer une plateforme d’idéation ?

Utiliser les idées émises par les salariés pour les transformer en levier d’innovation constitue une bonne pratique qui peut s’avérer être très efficace. 

Mais encore savoir comment s’y prendre.

Sur le papier, cela semble simple. Mais avant de déployer une plateforme d’idéation dans votre entreprise, assurez-vous de disposer de solides fondations. On vous explique comment la construire.

Comprendre la culture de l’entreprise

Avant de se lancer, il est nécessaire de prendre le temps de comprendre et d’appréhender la culture de l’entreprise dans toute sa complexité. Il faut aller au-delà du positionnement ou du message marketing, car l’idéation – et plus globalement l’intelligence collective et l’innovation collaborative – dépendent de nombreux facteurs humains :

  • Quels sont les leviers d’influence internes ? Identifiez les personnes ayant la capacité de faire remonter les bons messages aux bonnes personnes. Sur qui pouvez-vous compter ? De qui devez-vous vous méfier ? Comment naviguer dans un environnement où une simple phrase maladroite échangée avec un membre du comité de direction peut réduire à néant des mois d’efforts ?
  • Qui a le pouvoir ? Comprenez qui prend les décisions. Ce n’est pas toujours le directeur général, qui peut être trop occupé, ou qui délègue cette mission à des directions métiers ou supports.
  • Qui freine ? Innover veut dire changer. Et tout le monde n’aime pas le changement. En identifiant les personnes qui freinent, vous pouvez soit les éviter soit les transformer en ambassadeurs.

Auditer l’appétence numérique

L’idéation est liée à la transformation digitale des organisations. En effet, il faut oublier les processus d’innovation collaboratifs par email, via Excel ou Word. Or, avant de développer une plateforme dédiée, il est important de savoir où en est l’entreprise d’un point de vue technologique. 

Quel est l’état d’esprit ? Comment travaillent les collaborateurs ? Quels outils utilisent-ils ? Quelle est l’importance de la mobilité ? Quelles sont les applications métiers qui sont utilisées ? De quoi sont constitués les processus internes (papier, PDF, email…) ?

Auditer l’appétence numérique permet de mieux adapter sa stratégie pour ne pas imposer un système dont personne ne voudrait.

Identifier les esprits rebelles

Des salariés qui veulent que ça bouge, mais qui n’y parviennent pas seuls et qui perdent confiance. Des collaborateurs désengagés qui ont perdu la foi dans leur entreprise. Des nouveaux employés qui découvrent, effarés, des méthodes de travail d’un autre âge. Ce sont autant de profils qui peuvent vous accompagner dans le déploiement d’une plateforme d’idéation. 

À vous de réunir des personnalités engagées et rebelles, capables de penser différemment pour réussir en équipe. Êtes-vous prêt à constituer votre équipe des Avengers de l’innovation participative ?

Évangéliser votre communauté

Si l’idéation ne fait pas partie des priorités de l’entreprise, ce n’est pas forcément de manière justifiée. Souvent, c’est surtout par méconnaissance. Il est donc important de partager la bonne parole sans jugement de valeur. Pour y parvenir, il ne faut pas dire ce qu’il faut faire et ne pas faire, mais accompagner les collaborateurs et les managers de manière pédagogique. 

Le but est d’inciter les salariés à se poser des questions et à remettre en question les acquis. Conférences, réunions, revues de presse, sessions de formation… transformez-vous en évangéliste 2.0 !

Faire équipe avec les RH et la DSI

D’un côté le changement humain, de l’autre, le changement technologique. Pour accompagner l’innovation collaborative, vous aurez besoin des ressources humaines et de la direction des systèmes d’information. Ce sont deux services clés dans la mise en place d’un système d’idéation qui doivent être partie prenante dans cette réflexion. Faites-en vos alliés. 

Faire remonter l’information d’un comité à l’autre

Comité de travail, comité d’exploitation puis comité de direction… chaque comité, board ou groupe décisionnaire intermédiaire doit être sensibilisé. Ainsi vous pouvez faire remonter l’information jusqu’au DG. Sans son soutien, ce sera compliqué, mais après tout ce travail, il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. Le but est de créer un momentum. Un mouvement dynamique qui porte toute l’organisation et qui facilitera l’ouverture des portes jusqu’au décisionnaire final.

D’un point de vue technique, déployer une plateforme d’idéation est facile. En revanche, savoir convaincre que c’est la bonne solution peut consommer beaucoup de temps et d’énergie. C’est pourquoi il est important d’avoir une approche très stratégique, de ne pas brusquer les choses et d’intégrer les aléas humains et les incertitudes organisationnelles à son plan d’actions.